The Canadian Association of Professionals in Climate Change (CAPCC) will bring together trans-disciplinary climate professionals to enhance the influence, relevance, and value of climate efforts in Canada.

Prince Edward Island, Canada, November 1, 2021.

To address the climate change challenges, it is essential that the broad transdisciplinary community of natural (meteorologists, biologists, oceanographers, etc.), social, engineering, economics, health, Indigenous and other scientists be brought together, and collaborate with all communities, so that they may address all climate-related issues and provide effective strategic action plans that are implemented. 

To address the climate change challenges more effectively, the Canadian Association of Professionals in Climate Change (CAPCC) has been created to bring together the trans-disciplinary and community expertise to address the climate challenges, push the climate agenda, and accelerate integrated climate action.

Unlike other professional associations, which offer homes to specific professions, CAPCC emphasizes the trans-disciplinary nature of climate change related issues and offers a space for active collaboration.  There are countless calls-to-action happening nationwide with little capacity to get them off the ground. Breaking down the disciplinary silos can help change this with the added potential of cultivating real and substantial change.

The new Association’s Board Chair, Dr. Gordon McBean, Professor Emeritus, Western University and former President, International Council for Science, describes the Association’s main function as to enhance the interdisciplinary nature, influence, professionalism, scientific excellence, and overall value of the climate profession within Canada and beyond. Uniquely, the Association is the first professional association for climate workers of various sectors in the country.”

Understanding the value in various viewpoints and knowledge systems, CAPCC’s initial board members were strategically selected. Bringing a variety of professional and personal backgrounds to the table was an important task, as to ensure careful consideration in decision-making.

By encouraging membership from all levels, including but not limited to government, NGO’s, academia, and activists, this new Association will provide individuals with an appropriate professional designation based on their relevant education and experience,” says the new Association’s Board Vice Chair, Dr. Adam Fenech, Associate Professor, University of Prince Edward Island. In addition to professional designations, the new association will offer members various opportunities for professional development through training, workshops, and in-person events across the country.”

While the association’s main functions include unifying climate actors, providing relevant and up-to-date knowledge, and offering professional designations, CAPCC believes these efforts will in turn advance the credibility of evidence-based decision-making and policy advice in Canada.

For more information, please contact: Dr. Gordon McBean, Board Chair (gmcbean@uwo.ca); Dr. Adam Fenech, Board Vice Chair (afenech@upei.ca); Kaleigh Duffy, Association Secretariate (kcduffy@upei.ca)

Background

With the publication of the IPCC 6th Assessment in August 2021, UN Secretary General A. Guterres declared that the climate change warming was Code Red for Humanity.”  In September 2021, a new UK academics report projected that, by 2100, the economic cost of climate change could be six times higher than previously estimated. Earlier, in remarks to the One Planet Summit, 11 January 2021, the UN Secretary General stated: Stop ignoring science. The fight against climate change will only succeed if everyone comes together to promote more ambition, more cooperation and more credibility.”  There is a need to bring all the sciences together to address climate change.

The World Economic Forum’s 2021 Global Risk Report stated that: Climate continues to be a looming risk as global cooperation weakens.”  Their assessment is that, over the next 10 years, the top global risks by likelihood are: (i) Extreme Weather, including storms, wildfires, and floods; (ii) Climate Action Failure, that is, the Failure of governments and businesses to enforce, enact or invest in effective climate-change adaptation and mitigation (emissions reductions) measures;” and (iii) Human Environmental Damage. The top global risks by their impacts are: Infectious Diseases (the Pandemic); Climate Action Failure; Weapons of Mass Destruction; Biodiversity Loss; and Natural Resources (water, food, …) Crises.  Climate Action Failure is ranked as the second most impactful and second most likely risk.  These risks clearly intersect, and coordinated actions are required.

The past five-years have been the warmest period for global mean temperatures on record.  Global warming is projected to continue at the same rate for at least another 3 decades, with Canada warming about twice as fast as the global average, and the Canadian Arctic about three times as fast. With the warming, there will be increases in the frequency and severity of extreme events.  There is an increasing need for communities to build resilience to reduce the impacts, including the adverse health impacts, of the changing climate.  Actions to reduce emissions are essential to reduce the projected warming.   

Canadian Association of Professionals in Climate Change (CAPCC) Board members:

– Gordon McBean, Chair. Professor Emeritus, Western University. 

– Adam Fenech, Vice Chair. Professor and Associate Dean, School of Climate Change and Adaptation, University of Prince Edward Island

– Alain Bourque. Executive Director, Ouranos – Consortium on Regional Climatology and Adaptation to Climate Change

– Ian Burton. Emeritus Professor, Department of Geography, University of Toronto

– Deborah Harford. Formerly Executive Director of ACT (Adaptation to Climate Change Team); effective Sep 2021 – Head of Philanthropy and CEO of the Foundation at Legible Media

– Jason Dion. Mitigation Research Director, Canadian Institute for Climate Choices, Ottawa 

– Jo-Ellen Parry. Director, Adaptation (Canada), International Institute for Sustainable Development

– Dave Sauchyn. Director, Prairie Adaptation Research Collaborative (PARC), Professor of Geography and Environmental Studies, University of Regina

Graeme Reed. Senior Policy Advisor, Environment, Lands and Water Branch, Assembly of First Nations

– Daniel Scott. University Research Chair, Climate and Society, Geography and Environmental Management, Director, Interdisciplinary Centre on Climate Change, University of Waterloo

Eliane Ubalijoro. Director, Future Earth Global Hub Montreal and Executive Director, Sustainability in the Digital Age.


Lancement de la première association canadienne de professionnels appuyant l’action en réponse au changement climatique au Canada

La CAPCC rassemblera les professionnels de diverses disciplines afin de renforcer l’influence, la légitimité et la valeur des efforts en matière de climat au Canada.

Île-du-Prince-Édouard, Canada, 1er novembre 2021.

Face aux enjeux du changement climatique, la vaste communauté transdisciplinaire – sciences naturelles (météorologistes, biologistes, océanographes, etc.) et sociales, génie, économie, santé, Peuples Autochtones, et autres scientifiques – doit travailler de concert et collaborer avec l’ensemble des communautés afin de s’attaquer aux enjeux liés au climat et de mettre en œuvre des plans d’action stratégiques efficaces.

Pour relever ces défis avec une efficacité accrue, la CAPCC a été mise sur pied pour rassembler les experts de diverses disciplines et communautés en vue d’appuyer la lutte contre le changement climatique, de faire avancer les choses et d’accélérer les efforts intégrés pour le climat.

À la différence d’associations professionnelles, qui regroupent des professions distinctes, la CAPCC met l’accent sur la nature transdisciplinaire des enjeux du changement climatique et favorise l’esprit de collaboration. On compte à l’échelle du pays de nombreux appels à l’action qui, faute de capacité, peinent à décoller. En éliminant les silos disciplinaires, nous pourrons favoriser le changement et apporter une valeur ajoutée en entraînant un changement réel et substantiel.

Le président du conseil de la nouvelle Association, le Dr Gordon McBean, professeur émérite de l’Université Western et ancien président du de l’International Council for Science, décrit comme suit la fonction principale de l’Association : « optimiser la nature interdisciplinaire, l’influence, le professionnalisme, l’excellence scientifique et la valeur globale des professionnels du climat au Canada et ailleurs. Plus particulièrement, la CAPCC est la première association professionnelle pour les experts du climat dans divers secteurs du pays. »

Conscients de la valeur de divers points de vue et systèmes de connaissances, les premiers membres du conseil de la CAPCC ont été stratégiquement choisis. Réunir des membres ayant des parcours professionnels et personnels diversifiés a été une tâche importante pour s’assurer que le processus décisionnel repose sur une analyse approfondie.

« En encourageant l’adhésion à tous les niveaux, entre autres les gouvernements, les ONG, les universitaires et les activistes, la nouvelle Association offrira à ces membres un titre professionnel approprié reposant sur leur formation et leur expérience pertinentes », précise le nouveau vice-président du conseil, le Dr Adam Fenech, professeur agrégé de l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard. « En plus des titres, l’Association offrira à ses membres des occasions de perfectionnement professionnel dans le cadre de formations, d’ateliers et de rencontres en personne partout au pays. »

Bien que la fonction première de l’Association soit de rassembler les acteurs du climat, celle-ci considère que la diffusion de connaissances pertinentes à jour et l’attribution de titres professionnels sont importantes et que les efforts déployés à cet égard favoriseront la crédibilité d’un processus décisionnel fondé sur des données probantes et des conseils en matière de politique au Canada.

Pour obtenir des renseignements supplémentaires, veuillez communiquer avec les personnes suivantes : Dr Gordon McBean, président du conseil (gmcbean@uwo.ca); DAdam Fenech, vice-président du conseil (afenech@upei.ca); Kaleigh Duffy, secrétaire de l’Association (kcduffy@upei.ca).

Contexte

Au moment de la publication du sixième rapport d’évaluation du GIEC en août 2021, Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU, a déclaré que le réchauffement climatique était une « alerte rouge pour l’humanité ». En septembre 2021, un nouveau rapport présenté par des universitaires britanniques prévoyait que, d’ici 2100, le coût économique du changement climatique serait six fois supérieur à celui qui avait été estimé auparavant. Le 11 janvier 2021, à l’occasion du Sommet mondial sur le développement durable, Une planète, M. Guterres lançait un cri d’alarme : « Cesser d’ignorer la science. La lutte contre le changement climatique ne réussira que si tous s’engagent à redoubler d’efforts pour promouvoir l’ambition, la collaboration et la crédibilité ». Le temps est venu de fusionner toutes les sciences pour s’attaquer au changement climatique.

« Le climat demeure un risque imminent alors que la collaboration mondiale s’érode », lit-on dans le Rapport sur les risques mondiaux 2021 du Forum économique mondial. Selon les auteurs, les risques à plus forte probabilité pour les dix années à venir sont les suivants : i) les conditions météorologiques extrêmes, dont des tempêtes, des incendies et des inondations; ii) l’échec de l’action pour le climat, « à savoir des mesures prises par les gouvernements et les entreprises en vue de renforcer ou d’appliquer des mesures d’adaptation et d’atténuation efficaces au changement climatique (réductions des émissions; et iii) des dommages environnementaux anthropiques ». Les principaux risques mondiaux, compte tenu de leurs impacts, ont trait aux maladies infectieuses (la pandémie); l’échec de l’action pour le climat; les armes de destruction massive, la perte de la biodiversité; les ressources naturelles (eau, nourriture) et les crises. L’échec de l’action pour le climat vient au second rang quant aux impacts et au risque probable. De toute évidence, ces risques se recoupent, et des actions coordonnées s’imposent.

Les cinq dernières années ont été les plus chaudes pour les températures mondiales moyennes enregistrées. L’on s’attend à ce que le réchauffement mondial évolue au même rythme pour les trois prochaines décennies au moins, le réchauffement au Canada progressant deux fois plus rapidement que la moyenne mondiale et l’Arctique canadien, environ trois fois plus. Le réchauffement entraînera une hausse de la fréquence et de la gravité des phénomènes extrêmes, d’où l’importance grandissante pour les communautés d’accroître leur résilience afin de réduire les impacts, y compris les effets nocifs sur la santé, du climat changeant. Les mesures prises pour réduire les émissions sont primordiales pour réduire le réchauffement anticipé.

Membres du conseil de la CAPCC

– Gordon McBean, président. Professeur émérite, Université Western. 

– Adam Fenech, vice-président. Professeur et doyen associé, École du changement climatique et de l’adaptation, Université de l’Île-du-Prince-Édouard.

– Alain Bourque, directeur général, Ouranos – Consortium sur la climatologique régionale et l’adaptation au changement climatique.

– Ian Burton. Professeur émérite, département de géographie, Université de Toronto.

– Deborah Harford. Ancienne directrice générale de l’Adaptation to Climate Change Team (ACT); entrée en poste en septembre 2021 – chef de la philanthropie et directrice générale de la Foundation at Legible Media.

– Jason Dion. Directeur de la recherche sur les mesures d’atténuation, Ottawa. 

– Jo-Ellen Parry. Directrice, Adaptation (Canada), Institut international du développement durable.

– Dave Sauchyn. Directeur, Prairie Adaptation Research Collaborative (PARC), professeur de géographie et d’études environnementales, Université de Regina.

Graeme Reed. Premier conseiller en matière de politique, Environment, Lands and Water Branch, Assembly of First Nations.

– Daniel Scott. Président, recherche universitaire, Climat et société, géographie et gestion environnementale, directeur, recherche universitaire, Interdisciplinary Centre on Climate Change, Université de Waterloo.

– Eliane Ubalijoro. Future Earth Global Hub Montreal, directrice et directrice générale, Sustainability in the Digital Age.